Nos tourmentors

Ce mot que j’ai découvert dans le livre du Dr François Le Doze (La force de la confiance – Une thérapie pour s’unifier) a fortement résonné en moi.

Le tourmentor est le mix entre tourmenteur et mentor. Il désigne ces personnes qui nous ont permis de faire de grands pas sur notre chemin de vie.

Dans un premier temps, ils sont tourmenteurs, ceux qu’on accuse, ceux qu’on qualifie de monstres sans cœur. Et souvent, nous nous arrêtons à ce stade. Mais si nous allons regarder en nous, à ce que l’expérience peut nous apprendre sur nous-même et nos blessures, alors nous pourrons voir également le mentor en eux.

Voici quelques questions que nous pouvons nous poser pour aller regarder derrière le tourmenteur :

« Quels sont les schémas répétitifs dans ma vie ? Ils touchent quel domaine de vie (les relations, l’axe professionnel, etc.) ? Qu’est-ce qui est similaire dans ces schémas répétitifs ? »

Pour illustrer cette démarche que je vous propose, je prends le cas d’une personne, que l’on appellera Sofia, qui identifie un schéma répétitif dans sa relation aux hommes. Lorsqu’il y a rupture, même lorsqu’il n’y a plus de lien dans le visible, il reste un lien inexpliqué dans l’invisible. C’est alors que l’ex resurgit régulièrement, comme si l’histoire n’était pas vraiment finie. Il revient après un an, cinq ans, ou dix ans, un échange de mails, sms ou messenger a lieu, qui fait remonter un tsunami émotionnel indigeste. Et cela la pousse à couper de nouveau le lien dans le visible, puis tente de ne plus y penser, du moins jusqu’à la prochaine manifestation d’ex.

« Dans ce schéma répétitif, quelle est cette chose qui vous fait du bien ? Que perdriez-vous si le schéma répétitif cessait ? Quel besoin est nourrit par ce schéma répétitif ? »

Ces questions vous surprennent-elles ? Vous demandez-vous comment une situation qui nous pose problème pourrait avoir un avantage ? Oui, elle en a un, aussi infime soit-il. Et c’est lui qui contribue par exemple pour Sofia, à maintenir le lien dans l’invisible avec ses ex.

Ce qui monte depuis l’intérieur, c’est que lorsqu’un ex se manifeste, cela nourrit la partie de Sofia qui se sent importante, unique, celle qu’on n’oublie jamais. Et pour « mériter cette place », elle réalise qu’elle a souvent voulu prouver qu’elle était unique en faisant tout pour que l’autre se sente mieux. Quitte à prendre la responsabilité du bien-être de l’autre. Cela va alors générer un double message : Dans le visible, Sofia dira à son ex qu’elle ne veut pas qu’il la contacte, mais dans l’invisible elle transmettra un signal qui ressemble à cela : « je veux que tu te sentes mieux et je ferai tout pour ça ». Et la réponse de l’ex sera alors en lien avec le message dans l’invisible. Il dira : « je veux juste qu’on soit amis, j’aime être en ta compagnie et je peux tout te raconter. Je me sens mieux après. » Ces mots activent alors chez Sofia son besoin d’aider l’autre à se sentir mieux (rappelons qu’il s’agit de sa « stratégie » pour « mériter sa place » de personne qu’on ne peut pas oublier »). Si son amitié peut servir à ça, alors pourquoi ne pas être amis ?…

« Quel serait le danger si le schéma répétitif s’arrêtait ? »

Si nous maintenons (inconsciemment la plupart du temps) ce schéma répétitif, c’est parce qu’il nous apporte quelque chose que nous pourrions avoir peur de perdre. Je vous invite à aller regarder ce que vous avez peur de perdre, comme par exemple « la place de celle qu’on n’oublie jamais » pour Sofia. Comme si ces « retours » d’ex venaient rassurer son existence.

A présent que vous avez identifié le danger, prenez de la hauteur, comme pour observer la scène depuis le dessus :

« Est-ce que rompre le schéma répétitif nous met réellement en danger ? »

Il est fort à parier que la réponse sera « Non » … Comment Sofia pourrait-elle ne pas exister ? Elle existe, point !

« Le schéma répétitif est-il encore utile ? Y a t-il d’autres avantages à ce qu’il continue ? »

 Il est possible que la réponse soit « Oui ». Dans ce cas, je vous invite à aller regarder le second besoin qui est nourri. Faites cela pour tous les besoins que vous identifierez.

Et lorsque le schéma répétitif n’est plus utile, il disparait par lui-même.

Après cette prise de conscience, Sofia a eu l’image d’un bus, dans lequel se trouvaient ses ex et instinctivement, elle les a fait descendre un par un, en leur rendant la responsabilité d’être heureux par eux-mêmes.

Quelques jours plus tard, elle raconte qu’elle a compris qu’en gardant ses ex dans le bus, il n’y avait pas de place pour une relation saine avec un homme. Après un grand nettoyage du bus, elle y a installé un grand fauteuil confortable en velours rouge. Et elle se sent légère d’avoir rendu à chacun ce qui lui appartient et d’avoir assaini son bus (son espace des relations aux hommes).

« Que décidez-vous de faire, à présent que vous savez que ce schéma répétitif n’est plus utile pour vous ? Est-ce que les tourmenteurs sont devenus tourmentors ? »

Remerciez vos tourmentors pour les cadeaux qu’ils vous ont fait.

 Je remercie mes tourmentors du fond du cœur et je me surprends même à être confortable à l’idée d’être un tourmenteur aussi.